News

Le grand retour des ventouses

0 475

Beaucoup pensent découvrir une nouvelle thérapie, mais en réalité, elle existe depuis bien longtemps ! La « cupping therapy », qui est tout simplement la bonne vieille méthode des ventouses pratiquée par les grand-mères, est en vogue pour réduire les douleurs mais aussi la cellulite…  Sur le tapis rouge hollywoodien, à l’occasion de la première de son film, Jennifer Aniston arborait un dos couvert de traces de ventou­ses.

C’est que l’actrice américaine est accroc de la cupping therapy. Pratiquée depuis des millénaires sur tous les continents et en particulier en Chine, cette médecine a été, selon Daniel Henry, kinésithérapeute, ostéopathe et fondateur de la Médecine des ventouses, « injustement oubliée pour céder la place à la médecine chimique et des antibiotiques, elle a eu besoin d’être réactualisée à la pratique de notre médecine contemporaine ».

Les ventouses ont été utilisées jusqu’au 20e siècle et ont disparu en Europe occidentale alors qu’elles étaient toujours pratiquées en Asie. Pour être plus efficace, Daniel Henry a travaillé sur la codification de l’application de la ventouse en fonction d’une réflexion kinésithérapique, ostéopathique et du concept de la médecine énergétique chinoise. Autant de raisons pour que les ventouses aient désormais le vent en poupe !

Comment ça marche, la cupping therapy ?

ventousesOn distingue deux techniques : les ventou­ses à chaud, 90 % de la pratique et celles à froid. Pour les premières, le vide à l’inté­rieur est fait à l’aide d’une flamme puis la ventouse est posée sur un endroit précis du corps en relation avec la pathologie à soi­gner. Quel est le mécanisme ? Si l’on com­pare la circulation, les méridiens, à une autoroute, les bouchons de celle-ci repré­sentent les blocages du corps. « On pose les ventouses sur les points “bouchons” pour décongestionner. Une migraine, c’est une congestion, tout comme une arthrose, un lumbago.

Lorsque l’ostéopathe ne peut pas manipuler, la ventouse est le geste de pre­mière intention qui va soulager le malade et permettre ensuite une manipulation ostéo­pathique dans un confort inégalable pour le patient. » Le résultat peut être, parfois, presque immédiat. Sans aucune nocivité.

Pour quelles pathologies ?

Si l’on connaît les ventouses essentielle­ment dans les maladies respiratoires (nos grand-mères posaient les ventouses en verre dans les cas de bronchites), elles ont d’autres indications majeures, grâce à leurs actions antalgiques sur les douleurs, énergétique en médecine chinoise, mécanique et circu­latoire par phénomène décongestif d’un organe. « Dans toutes les pathologies dou­loureuses, selon l’endroit où la ventouse est posée, le mécanisme qui est déclenché est dif­férent.

Dans la pathologie articulaire, rhu­matismale, une lombo sciatique, une gonarthrose, une périarthrite de l’épaule, une entorse, une tendinite, les ventouses ont une fabuleuse indication. Mais aussi dans les pathologies viscérales fonctionnelles, diges­tives, gynécologiques (douleurs lors des règles, ménopause), les migraines, les patho­logies ORL Et même en dermatologie : pso­riasis, acnés, eczémas, allergies… »

La cupping minceur : une méthode naturelle

Lorsque la circulation se fait mal à un endroit du corps, il y a obligatoirement une stagnation et donc une rétention d’eau et de graisse. La cellulite s’installe. L’action d’ap­pliquer directement sur la peau, de presser la ventouse en silicone va créer une aspira­tion-succion qui soulève l’épiderme, entraî­nant le tissu conjonctif gorgé de petits amas graisseux, les bourrelets de cellulite.

L’action de palper-rouler va agir mécaniquement sur la peau et les tis­sus sous-cutanés, dynamiser la circulation (la peau rougit), libérer les toxines, combat­tre la cellulite et son aspect «peau d’o­range ». Une solution naturelle pour affiner le grain de peau et réduire la cellulite.

 

Sous la douche ou devant la télé !

Pour être efficace, ce palper-rouler doit être effectué très régulièrement, pendant cinq minutes par zone et ce, plusieurs fois par semaine voir quotidiennement avec, une fois les résultats obtenus, des séances d’en­tretien pour les conserver…

Le geste est simple : on applique une huile de massage sur les parties à traiter, on presse la ventouse en silicone pour chasser l’air, on applique sur la zone souhaitée, le phénomène de suc­cion doit se produire, et on masse en faisant glisser la ventouse par des mouvements cir­culaires et toujours en allant du bas vers le haut (on draine en remontant vers le cœur). Pour lâcher la pression, il suffit d’appuyer sur la ventouse anti-cellulite. Une méthode simple et naturelle que certaines utilisatrices pra­tiquent sous la douche deux minutes ou devant la télévision. Avec des résultats inté­ressants et une peau d’orange beaucoup plus discrète !

Related Posts

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Autres liens sur la santé

Archives